Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Publications > Thèses

Valeria Insarauto

Lost in transition ? Social uses of women’s part-time work hanging in between old and new logics
Résumé :

Cette thèse porte sur les logiques de développement de la forte féminisation du travail à temps partiel à la lumière de la diversification des usages sociaux de cette forme d’emploi au cours des années 2000. L’objectif général de ce travail de recherche est celui de comprendre si et comment de tels usages sont susceptibles de donner lieu à de nouvelles configurations progressivement moins sexuées d’articulation travail-vie privée. Tout en posant la question des effets négatifs de cette forme d’emploi sur les trajectoires professionnelles des femmes, la thèse remet en question la perspective dualiste qui a jusqu’ici caractérisé le débat sociologique sur ce thème et qui a laissé peu de place à l’étude de la possibilité d’utiliser le travail à temps partiel comme une stratégie d’intégration ou une phase de transition. La comparaison entre la France et l’Italie est utilisée en tant que véritable stratégie de recherche et représente l’arrière-plan sur lequel est projetée l’analyse quantitative en perspective pseudo-panel des données fournies par les Enquêtes Emploi des deux pays. La spécificité des pratiques d’usage du travail à temps partiel mises en place par les femmes ressort comme un important facteur de changement. Ces pratiques prennent forme dans des contextes institutionnels et socio-économiques qui engendrent différents types de contraintes et d’opportunités à l’élaboration des pratiques individuelles d’articulation travail-vie privée, pointant sur la complexité des enjeux sociétaux que celles-ci incarnent.
En ligne