Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Publications > Thèses

Sophie Pochic

Les cadres à l’épreuve de l’employabilité. Le chômage des cadres dans les années 1990 en France
Résumé :

Cette thèse essaye d’évaluer dans quelle mesure le chômage des cadres au début des années 1990 a contribué à la " déstabilisation des stables ". Le chômage des cadres a contribué à mettre en débat les représentations de la catégorie, la figure du " cadre-à-statut " (stabilité, homogénéité, spécificité), considérée comme obsolète, est remplacée dans les discours des journalistes, des Ressources Humaines et des syndicats par deux nouvelles figures : une négative " le cadre précaire " (rapprochement cadres / non - cadres dans la précarité) et une positive " le cadre nomade " (rapprochement cadres / entrepreneurs dans la mobilité et le risque). Mais les réflexions en terme de figure sous-estiment le rôle des porte-parole et des experts, l’hétérogénéité structurelle et la féminisation croissante des cadres et sont fortement nuancées par les analyses statistiques des flux de mobilité et de trajectoires de retour à l’emploi de chômeurs (vulnérabilité / employabilité), réalisées avec l’enquête Emploi. La deuxième partie est centrée sur les conditions sociales de diffusion et d’appropriation de la figure du " cadre nomade ". La recherche d’emploi est un espace de socialisation à ces nouvelles normes d’emploi fondée sur la logique employabilité, versant externe de la logique compétences. Cette rhétorique permet aux cadres d’adopter des status de substitution et d’éviter le stigmate du " chômeur assisté, et correspond à leur " ethos " (psychologisation, individualisme, rationalisation), mais l’étude de sa mise en pratique rappelle l’hétérogénéité des cadres, notamment en terme de diplôme, d’âge et de type de professions/secteurs d’activité. Pour comprendre les carrières et les transitions professionnelles des cadres, il faut enfin se situer à l’articulation sphère professionnelle / sphère privée. Les cadres ne sont pas des " nomades ", définis comme individus légers, mobiles, pour qui le chômage est un événement banal. Ce sont des individus sexués inscrits dans une configuration familiale : les hommes essayent dans cette épreuve de garder leur place, tandis que les femmes essayent de conserver leur autonomie. La place centrale du travail reste en définitive confirmée par l’épreuve du chômage, qui parfois génère même une resacralisation du travail, notamment pour ceux qui cherchent désormais une vocation et un sens à la vie à travers leur nouvel emploi.
En ligne