Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Activités scientifiques > Activités scientifiques antérieures > Soutenances de thèses 2015

Samir Hadj Belgacem

Représenter les « quartiers populaires » ?
Une socio-histoire de l’engagement électoral et partisan dans les cités d’une municipalité communiste

Vendredi 13 novembre, 14h
Lieu  : ENS, salle Jean Cavaillès (1er étage, Aile droite), 45, rue d’Ulm, 75005 Paris

Jury
Éric Agrikoliansky, Professeur à l’Université de Paris Dauphine, rapporteur
Stéphane Beaud, Professeur à l’ENS, directeur
Céline Braconnier, Professeure à l’Université de Cergy-Pontoise
Annie Collovald, Professeure à l’Université de Nantes
Bernard Pudal, Professeur à l’Université de Paris-Ouest Nanterre, co-directeur
Sylvie Tissot, Professeure à l’Université de Paris 8 Saint-Denis, rapporteur

Résumé
Au croisement d’une histoire sociale du pouvoir local, d’une ethnographie des mobilisations électorales et d’une sociologie des porte-parole, cette thèse se consacre à l’étude des conditions de représentation électorale des habitants des cités dans une ancienne municipalité communiste de la banlieue parisienne. Elle s’intéresse aux processus de production de porte-parole et à leur accès au pouvoir municipal. L’enquête s’appuie sur des entretiens approfondis et croisés avec les différents protagonistes, sur des observations directes, sur l’analyse d’archives ainsi que sur des statistiques descriptives. La thèse montre que la faible représentation des porte-parole de cités parmi les élus n’est pas tant liée à une crise des vocations qu’à une crise des débouchés dans un marché électoral fermé et dans un contexte de dévaluation du militantisme partisan. La première partie rend compte du déclin du modèle ouvriériste de représentation des classes populaires et du creusement de la distance sociale entre les élus de la gauche municipale et les fractions minoritaires des classes populaires. La seconde partie explique comment les métiers « d’éducateurs » deviennent une filière propice au porte-parolat et offrent un modèle alternatif de militantisme, faisant de l’encadrement de la jeunesse populaire, un nouvel enjeu de luttes dans l’espace du pouvoir local. Enfin, la dernière partie envisage les logiques d’importation de ces conflits associatifs et professionnels dans le champ électoral. La mobilisation des éducateurs de cités aux élections se déroule en plusieurs étapes, passant de la recherche d’alliances avec la gauche municipale à des logiques de concurrence partisane, puis d’opposition.

Agenda

Ajouter un événement iCal