Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Publications > Ouvrages

Ouvrages 2016


L’amour. Un besoin vital - 1000 façons d’aimer. Le couple réinventé
Alain Badiou, Michel Billé, Michel Bozon, Malek Chebel, Sarah Chiche, Beate Collet, Jean-François Dortier, Pascal Duret, Helen Fisher, Martine Fournier, Eva Illouz, Nicolas Journet, Héloïse Junier, Jean-Claude Kaufmann, Pascal Lardellier, Florence Maillochon, Jean-François Marmion, Raphaële Miljkovitch, Xavier Molénat, Maud Navarre, Ruwen Ogien, Patrick Pharo, Emmanuelle Picaud, Romain Pigeaud, Jean-Philippe Raynaud, Michel Reynaud, Emmanuelle Santelli, François de Singly, Anne-Claire Thérizols, Tzvetan Todorov, Fabien Trécourt, Jean Verdon, Anne Vincent-Buffault, Agnès Walch, Yvane Wiart.
2016. Editions Sciences Humaines. 320 p. ISBN 9782361064075
Le besoin d’amour est la chose du monde la mieux partagée.
Il nous enchante, nous sublime, nous passionne, nous brûle… Il donne des couleurs à la vie, démultiplie notre énergie sexuelle et notre potentiel émotionnel… Il nous rend empathiques, bienveillants, tolérants et booste notre estime de nous-mêmes…
L’amour est l’un des plus puissants dopants de nos organismes au point que l’on souhaiterait pouvoir se l’injecter en perfusion !
La littérature, la chanson, la poésie, le cinéma, l’art en général puisent une grande partie de leur inspiration dans les histoires d’amour, heureuses ou malheureuses, tant le mal d’amour peut tarauder les humains. Car la médaille a son revers : la jalousie, l’infidélité, les souffrances devant l’impossibilité à se comprendre, l’incapacité à vivre ensemble en constituent la face sombre.
Le monde occidental l’a décrit courtois, galant, libertin, romantique, et plus réaliste à l’ère de la modernité. Mais sur tous les continents, dans toutes les cultures, depuis la nuit des temps, l’amour est d’abord un grand récit qui constitue la trame existentielle de l’humanité.
Philosophes, sociologues, écrivains, historiens, psychologues, se penchent sur l’amour…


Marcela Efmertova et André Grelon (dir.) avec la collaboration de Jan Mikes
Des ingénieurs pour un monde nouveau : Histoire des enseignements électrotechniques Europe, Amériques - XIXe-XXe Siècle
Presses Interuniversitaires Européennes, Collection « Histoire de l’Energie, 7 », 2016. 548 p. ISBN 978-2875742469
A partir des années 1880, l’électricité est progressivement devenue une technologie centrale, qui va procurer des biens et assurer des services nouveaux, bouleversant ainsi la production industrielle, l’économie et les pratiques sociales et culturelles. De confidentiel, son usage ne cessera de s’étendre, devenant massif et planétaire, et aujourd’hui indispensable jusqu’aux détails de la vie quotidienne. Pour fonder et déployer un système de production, de transport et de distribution efficaces de l’électricité dans tous les pays, pour concevoir, fabriquer et diffuser les machines, outils et objets divers fonctionnant par ce moyen, en somme pour former un monde nouveau, il faut former un corps de techniciens spécialisés : ce seront les ingénieurs électriciens, pour lesquels seront élaborés et mis en œuvre des cursus dédiés. Cet ouvrage retrace la naissance et la croissance de ces formations, à partir de la fin du XIXe siècle, en Europe et sur le continent américain, et leur rôle dans le développement des différents Etats. Issu des travaux d’un colloque international tenu à Prague, il rassemble les contributions de 28 historiens portant sur 15 pays.
Historienne en science et technique, Marcela Efmertova est directrice d’études à l’Université polytechnique de Prague. Elle est spécialisée en histoire tchèque dans le contexte européen des XIXe et XXe siècles, et notamment en histoire de l’électrotechnique, des techniques et ses liens européens. André Grelon est directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent sur l’histoire et la sociologie des professions techniques, en particulier sur l’histoire de la formation des ingénieurs en France et en Europe, du XIXe siècle à nos jours. Jan Mikes est professeur assistant à la Faculté d’électricité de l’Université polytechnique de Prague. Ses travaux portent, en physique, sur l’étude du phénomène de la foudre, sur l’histoire des techniques dans le contexte européen des XIXe et XXe siècles, ainsi que sur la muséologie technique.


Encyclopédie critique du genre
Corps, sexualité, rapports sociaux
par Juliette Rennes, avec Catherine Achin, Armelle Andro, Laure Bereni, Alexandre Jaunait, Luca Greco, Rose-Marie Lagrave, Gianfranco Rebucini
Editions La Découverte, Paris, 2016. 752 p. ISBN 9782707190482
« Désir(s) », « Mondialisation », « Nudité », « Race », « Voix »… Les soixante-six textes thématiques de cette encyclopédie explorent les reconfigurations en cours des études de genre.
Trois axes transversaux organisent cette enquête collective : le corps, la sexualité, les rapports sociaux. Dans les activités familiales, sportives, professionnelles, artistiques ou religieuses, les usages du corps constituent désormais un terrain privilégié pour appréhender les normes et les rapports de genre. Les pratiques érotiques que les sociétés, à travers l’histoire, ont catégorisées comme normales ou déviantes occupent quant à elles une place inédite pour éclairer les articulations entre hiérarchies des sexes et des sexualités. Enfin, les inégalités liées au genre sont de plus en plus envisagées en relation avec celles liées à la classe sociale, la couleur de peau, l’apparence physique, la santé ou encore l’âge. Cette approche multidimensionnelle des rapports sociaux a transformé radicalement les manières de penser la domination au sein des recherches sur le genre.
En analysant les concepts, les enquêtes empiriques et les débats caractéristiques de ces transformations saillantes, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage dessinent une cartographie critique des études de genre en ce début de XXIe siècle.


Karl M. Van Meter
2009-2012 Obama’s First Term, Bush’s "Legacy", Arab Spring & World Jihadism
Editions L’Harmattan, 2016. 156 p. ISBN 978-2-343-10327-3
This work is based on the systematically use of computer-assisted co-occurrence of key words analysis of English-language media reports. With almost 20 entries per day or over 6,000 press reports per year, we not only characterize, for each year of Obama’s first term, the overall structure to world media representation of major topics of international conflict, but also define in detail the thematic clusters of reports, their internal structure, their external relationships and their evolution over time. Each of the four years is treated in a separate chapter and results are summarized in the final chapter, along with anticipations concerning the future.


Le Monde qui vient, entre périls et promesses – 2000-2015 : un état des droits
Editions La Découverte, Paris, 2016. 340 p.
Avec les contributions de :
Jean Claude Ameisen, Geneviève Azam, Bertrand Badie, Étienne Balibar, Loïc Blondiaux, Pierre Robert Baduel, Nicolas Bancel, Jean Baubérot, Jacques Chevallier, Thomas Coutrot, Mireille Delmas-Marty, Jean-Pierre Dubois, Nicolas Frize, Vincent Geisser, Hervé Guéry, Christian Laval, Henri Leclerc, Danièle Lochak, Nonna Mayer, Michel Miné, Laurent Mucchielli, Gérard Noiriel, Henri Oberdoff, Serge Paugam, Michèle Riot-Sarcey, Joël Roman, Michel Tubiana, Patrick Viveret, Michel Wieviorka, Catherine Wihtol de Wenden
En ce début de siècle, les chocs qui marquent l’actualité percutent dramatiquement la vision traditionnelle des droits de l’Homme qui prévaut depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ils s’accompagnent de crispations, de dangereuses régressions identitaires, alimentées par l’effritement des anciens repères et la crise des acteurs, des représentations et des formes du politique. Pour autant, les bouleversements dont nous sommes à la fois acteurs et témoins se tissent d’aspirations, de combats et de dynamiques marqués par les valeurs émancipatrices de la liberté et de l’égalité. Cet ouvrage, rassemblant les contributions d’éminents chercheurs et défenseurs des droits, vise à offrir le recul nécessaire pour comprendre les mutations profondes qui affectent les droits de l’Homme en France et dans le monde.


Keynes, abstraction et expérience. Sur la Théorie générale. Maurice Halbwachs
Édition de Gilles Montigny
Éditions Rue d’Ulm, Collection « Figures normaliennes », 2016. 208 p. ISBN-978-2-7288-0544-0
À la fin des années 1930, le sociologue français Maurice Halbwachs publie plusieurs textes consacrés à la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936) de l’économiste britannique John Maynard Keynes, l’un des ouvrages phares du XXe siècle. Demeurés jusqu’à présent très confidentiels, ils possèdent une étonnante valeur didactique et permettent d’accéder rapidement au cœur de l’analyse keynésienne. Ils portent aussi un regard critique sur une économie politique trop souvent abstraite. Au final, c’est une remarquable leçon d’interdisciplinarité que nous délivre celui qui fut l’un des proches disciples d’Émile Durkheim et qui est surtout connu pour ses travaux sur la mémoire collective et les classes sociales. À la fin des années 1930, le sociologue français Maurice Halbwachs publie plusieurs textes consacrés à la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936) de l’économiste britannique John Maynard Keynes, l’un des ouvrages phares du XXe siècle. Demeurés jusqu’à présent très confidentiels, ils possèdent une étonnante valeur didactique et permettent d’accéder rapidement au cœur de l’analyse keynésienne. Ils portent aussi un regard critique sur une économie politique trop souvent abstraite. Au final, c’est une remarquable leçon d’interdisciplinarité que nous délivre celui qui fut l’un des proches disciples d’Émile Durkheim et qui est surtout connu pour ses travaux sur la mémoire collective et les classes sociales.


Florence Maillochon - La Passion du MariageFlorence Maillochon
La passion du mariage
PUF, Collection « Le Lien social »
2016. 400 p. ISBN 978-2-13-063065-4
Pourquoi le mariage paraît-il « à la mode » alors que le nombre d’actes enregistrés à l’État civil ne cesse de diminuer ? Pourquoi les cérémonies de mariage se ressemblent-elles autant alors que chaque couple cherche à élaborer une fête originale et personnalisée ? Pourquoi faut-il désormais plus d’un an pour préparer son mariage ? Grâce au suivi de jeunes couples, de la préparation de leur mariage au déroulement du jour J, cet ouvrage trouve les réponses à ces questions dans la modification de la place du mariage – et en particulier de la fête du mariage – dans l’histoire conjugale. Le mariage n’a plus une fonction initiatrice, mais une fonction expressive du couple, dans une société individualiste exhortant à la « réalisation de soi ». La passion du mariage décrit l’engouement des futurs mariés à transformer leurs noces en un événement unique et exceptionnel, et la forme de consé­cration qu’ils en tirent. Performance artistique autant que physique, la préparation du mariage devient une véritable épreuve ordalique. Tout en cherchant à échapper aux différentes formes de traditions contraignantes, l’élaboration du « plus beau jour » de la vie ramène chaque couple à sa condition sociale et chaque époux à son genre. Ce livre remet donc en question le lien trop souvent rapidement établi entre individualisation des pratiques et dérégulation sociale.


Études sur le collectif Grapus, 1970-1990... Entretiens et archives
Dans les années 1970 et 1980 le collectif Grapus tenta, par son engagement politique et graphique, d’allier utilité sociale et exigence visuelle. Travaux de jeunes chercheurs, les neuf textes qui composent ce livre explorent chacun un aspect particulier de la pratique, de l’organisation et de la production de Grapus.
Ils s’appuient notamment sur des entretiens et sur l’analyse de documents d’archives, et s’intéressent à des pans parfois méconnus de l’activité du collectif. L’ouvrage apporte ainsi un éclairage nouveau, et une iconographie pour une large part inédite, sur le travail de ce groupe français singulier qui aura marqué l’histoire du graphisme contemporain.
Cet ouvrage a bénéficié du soutien de l’université Paris-Lumières, de l’équipe de recherche TEAMeD (laboratoire AIAC, EA 4010), du Centre Maurice-Halbwachs EHESS-ENS (UMR CNRS 8097), et de l’École européenne supérieure d’art de Bretagne – site de Rennes.
Catherine de Smet, Tony Côme, Béatrice Fraenkel, Boris Atrux-Tallau, Mathilde Enjalran, Alice Gaubert-Verrier, Valentin Gleyze, Clémence Imbert, Caroll Maréchal, Paule Palacios-Dalens, Maria Tyl