Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Publications > Ouvrages

Ouvrages 2012


Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Anne Revillard
Introduction aux études sur le genre
2e édition revue et augmentée
Éditions de Boeck, 2012, 357 p. ISBN 978-2-8041-6590-1
Pourquoi offre-t-on des poupées aux filles et des voitures aux garçons ? Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ? Comment expliquer qu’elles effectuent les deux tiers du travail domestique ? Pourquoi est-ce si mal vu pour un homme d’être efféminé ? Le pouvoir est-il intrinsèquement masculin ?
Il s’agit là de quelques-unes des nombreuses questions auxquelles s’intéressent les études sur le genre, devenues depuis une trentaine d’années non seulement un champ de connaissances, mais aussi un outil d’analyse incontournable en sciences humaines et sociales.
Au-delà de la variété des phénomènes étudiés, l’ouvrage souligne plusieurs partis pris essentiels des études sur le genre : les différences systématiques entre femmes et hommes sont le résultat d’une construction sociale et non pas le produit d’un déterminisme biologique ; l’analyse ne doit pas se limiter à l’étude « d’un » sexe, mais porter sur leurs relations ; le genre est un rapport de domination des hommes sur les femmes, dont les modalités et l’intensité sont sans cesse reconfigurées.
Ce manuel propose un panorama clair et synthétique des notions et références essentielles des études sur le genre, en les illustrant par de nombreux exemples concrets.
Pour les étudiants, chercheurs et enseignants des 1er et 2e cycles en sociologie, anthropologie, science politique, histoire et philosophie.
Laure Bereni est sociologue, chargée de recherche au CNRS. Elle enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, où elle codirige le master « Genre, politique et sexualité ».
Sébastien Chauvin est maître de conférences en sociologie à l’Université d’Amsterdam, directeur du Amsterdam Research Center for Gender and Sexuality.
Alexandre Jaunait est maître de conférences en science politique à l’Université de Poitiers et chargé de cours à Sciences Po.
Anne Revillard est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité.


Marwan Mohammed (dir.)
Les sorties de déliquance. Théories, méthodes, enquêtes
Éditions La Découverte, 2012, 391 p. ISBN 978-2-7071-6993-8
Dans un contexte de durcissement pénal et d’accroissement de la population carcérale, la question du devenir à long terme des délinquants mérite un intérêt particulier. L’idée selon laquelle les expériences délinquantes sont transitoires semble aller de soi, sans que l’on sache vraiment quand, pourquoi et comment s’ordonne cette perte d’attraction des conduites transgressives. Jusqu’ici, les sciences sociales tout comme les praticiens, notamment dans le monde franco-phone, se sont focalisés sur les entrants et les récidivistes et ont ostensiblement ignoré les sortants de la délinquance. C’est pourtant un enjeu social et politique important qui mobilise, à des niveaux divers, des centaines de milliers de professionnels en France. Il y avait donc un vide académique à combler, un champ de recherche à défricher et ce premier ouvrage en langue française pose un premier jalon dans cette direction. Il regroupe les éclairages d’auteurs reconnus qui abordent les sorties de délinquance à travers l’analyse des expériences individuelles, des dynamiques sociétales et de l’action publique en croisant différentes disciplines et en articulant théories, méthodologies et données empiriques.


Jules Naudet
Entrer dans l’élite
PUF, 2012, 328 p. ISBN 978-2-1306-0656-7
Cet ouvrage analyse la manière dont des personnes originaires de milieux modestes et ayant accédé aux positions les plus prestigieuses du secteur privé, de la haute fonction publique et de l’université, parviennent à s’ajuster à leur nouveau statut social. Réussissent-elles à se « convertir » à leur nouveau groupe ? Cherchent-elles à conserver des liens forts avec leur milieu d’origine ? Comment gèrent-elles la contradiction de cette double appartenance ?
Jules Naudet répond à ces questions en s’appuyant sur une enquête menée en France, en Inde et aux États-Unis, où il a recueilli près de 160 récits de vie de personnes ayant connu une ascension sociale exceptionnellement forte. Tandis que les Indiens témoignent avant tout d’un attachement profond à leur milieu d’origine, les Américains minimisent le contraste, donnant l’impression que la réussite « va de soi ». Enfin, les Français opposent deux mondes profondément différents, voire irréconciliables.
Pour mener à bien l’analyse de ce riche matériau empirique, Jules Naudet propose un renouvellement de la problématique de la mobilité sociale et des outils théoriques traditionnellement mobilisés par les chercheurs travaillant sur cette question.
Ancien élève de Sciences Po et de l’Institut national des langues et civilisations orientales, Jules Naudet est docteur en sociologie. Il est actuellement membre de l’Équipe de recherche sur les inégalités sociales (ERIS) au Centre Maurice Halbwachs (EHESS/ENS/CNRS).