Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Publications > Ouvrages

Nouvelles parutions

La fin des discriminations syndicales ? Luttes judiciaires et pratiques négociées
Chappe Vincent-Arnaud, Denis Jean-Michel, Guillaume Cécile et Pochic Sophie
Editions du Croquant, septembre 2019, 256 pages, ISBN 978-2-365-12221-4
Les lois de 2008 sur la réforme de la représentativité syndicale et de 2015 sur le dialogue social ont instauré de nouvelles obligations de négociation en entreprise portant sur la « conciliation » de l’activité syndicale et professionnelle. Comment expliquer cette soudaine attention des pouvoirs publics à la « discrimination syndicale » ? Assiste-t-on à une rupture historique dans les relations professionnelles à la française ?
Fondée sur six monographies de grandes entreprises aux pratiques sociales contrastées, cet ouvrage montre comment la négociation d’accords de droit syndical et de « gestion des parcours syndicaux » est aussi une réponse à la croissance des contentieux, menés notamment par la CGT depuis les années 1990, qui ont contribué à une prise de conscience de leurs droits par les syndicalistes.
Si ces accords d’entreprise protègent désormais mieux les mandatés les plus investis dans le jeu du dialogue social, qui signent des accords, ils ne modifient pas radicalement les pratiques managériales de terrain qui continuent à stigmatiser les syndicalistes de proximité, surtout ces derniers s’opposent aux restructurations ou dénoncent la dégradation des conditions de travail par des pratiques protestataires.


À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté
Emilia Schijman
Editeur : L.G.D.J, Collection : Droit et société, n° 33.
2019. 200 pages. ISBN 978-2-275-06541-0
D’une enquête ethnographique dans un vaste ensemble de logements à Buenos Aires, où l’auteure s’est immergée pendant deux années, résulte une analyse exceptionnelle de ce que peut être une économie de la légalité mise en oeuvre par une population pauvre. Dans leurs requêtes aux autorités, au front des guichets sociaux et dans leurs réseaux de parenté et de voisinage, cette pauvreté urbaine mobilise en effet des règles singulières prenant force de droit.
À qui appartient le droit ? est ainsi à la fois un récit qui nous émeut par son humanité et un travail d’interprétation qui nous impressionne par sa valeur et son originalité.
L’économie de la légalité ne se résume pas aux contraintes publiques qui s’imposent aux pauvres. Ceux-ci sont ici les acteurs du droit, acteurs d’un droit « d’en bas » dont l’auteure dévoile toute la richesse et la complexité. Emilia Schijman ouvre ainsi dans cet ouvrage des perspectives de réflexion superbement novatrices, non seulement pour tout travail de connaissance sur le droit mais aussi, bien au-delà, en relation avec la place que la pratique du droit peut occuper dans le traitement de la question démocratique.
Emilia Schijman est sociologue, chargée de recherche au CNRS rattachée au Centre Maurice Halbwachs (EHESS-ENS), PSL.
Ses travaux explorent les économies populaires et s’intéressent tout particulièrement aux usages du droit et aux rapports des administrés à l’Etat.


2018 The Year of the "Very Stable Genius". World Media Analysis
Karl M. van Meter
2019. L’Harmattan. 250 p. ISBN 978-2-343-17632-1
What happened in 2018 ? What do you remember ? Analyzing over 2,000 press reports each month can help answer that question. But even with the assistance of advanced computer programs, how do you summarize a whole year ? How do you choose a succinct and meaningful title for this work ? Donald Trump provided us with a clear and concice answer by declaring publicly that he was a "very stable genius". Indeed, 2018 was the year of the "very stable genius" and it’s presented and analyzed here month by month, using both our computer method and our human analysis of the same set of data from a representative sampling system of international media. And Yes, the key word was "Trump".
Karl M. van Meter is an American-French citizen with four university degrees from the US, the UK and France. As a mathematician and research sociologist, he has published widely in French and in English. He is the founding editor of the bilingual quarterly scientific journal, the Bulletin of Sociological Methodology / Bulletin de Méthodologie Sociologique, or BMS, once published by L’Harmattan.


Le Privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï
Amélie Le Renard
2019. Presses de Sciences Po, 272 p. ISBN 9782724624304
Nul autre lieu que Dubaï, ville-carrefour d’une mondialisation néolibérale, n’incarne mieux les avantages associés à l’occidentalité et à la blanchité.
Au travers des récits d’une centaine d’habitants, expatriés ou en contrat local, recueillis par l’auteure, les Occidentaux installés à Dubaï se profilent comme un groupe social à part entière. Ils partagent l’expérience d’être structurellement privilégiés tant sur le marché du travail que dans la sphère intime, même si des hiérarchies de genre, classe, race et sexualité les traversent : tous les titulaires d’un passeport occidental, notamment français, n’en bénéficient pas de la même manière.
À Dubaï, l’occidentalité n’est pas seulement mobilisée pour classer, légitimer, regrouper et mettre à distance, elle l’est aussi pour se distinguer des autres élites de la ville globalisée, avec la conviction d’être en avance dans tous les domaines, professionnel, conjugal, familial et domestique.
Un regard vif et singulier sur les reconfigurations actuelles de l’hégémonie occidentale.


Sociologie de l’alimentation
Philippe Cardon, Thomas Depecker, Marie Plessz
2019. Armand Colin. 240 p. ISBN 9782200621049
À la croisée des espaces domestique, politique et marchand, l’alimentation est un objet incontournable pour comprendre le fonctionnement et l’évolution des sociétés. Elle occupe une place centrale dans l’économie, dans l’emploi du temps et le budget des ménages, dans l’administration sanitaire, dans la définition même des classes sociales ou des aires culturelles.
Une multitude d’acteurs publics, privés ou associatifs tentent par ailleurs d’orienter notre alimentation pour améliorer notre santé, sauvegarder l’environnement, ouvrir des débouchés commerciaux, promouvoir des valeurs éthiques ou valoriser la gastronomie française.
Cet ouvrage présente de manière approfondie l’ensemble de ces problématiques en mettant en perspective les grandes théories sociologiques sur l’alimentation et ses enjeux actuels. Il aborde l’alimentation sous l’angle de l’identité culturelle et de classe ; de la réforme des consommations ; des pratiques quotidiennes et de la socialisation au sein des ménages.
La sociologie de l’alimentation offre ainsi un regard original sur les inégalités économiques et sociales, l’éducation, la santé, l’environnement.


100語ではじめる社会学
Les 100 mots de la sociologie (en Japonais)

Sous la direction de Serge Paugam
2019, ISBN 978-4-560-51025-4, 150 p.
« Porter un regard neuf sur la réalité du monde social en l’interrogeant autrement », telle pourrait être la devise du sociologue. Car la sociologie, depuis sa naissance à la fin du XIXe siècle, se propose de chasser les mythes de la vie ordinaire, d’aller voir derrière les apparences pour mieux saisir l’homme en société. Pour cela, cette discipline a forgé des méthodes, des concepts pour penser les liens de l’individu à la société.
Au-delà des oppositions d’écoles et de méthodes, vingt et un sociologues se sont réunis afin de choisir et de définir les 100 mots qui font le cœur de leur discipline et de leur métier. De « classes sociales » à « habitus », d’« intégration » à « paradigme », de « lien social » à « type idéal », cet ouvrage nous montre combien le regard sociologique est indispensable aujourd’hui au développement de la conscience que les sociétés ont d’elles-mêmes.


Rencontres avec Michel Offerlé
Collectif
2019. Editions du Croquant 542 p. ISBN 9782365121989
Plus d’une soixantaine de contributions rappellent combien son œuvre, mais aussi sa personne, ont compté pour elles et pour eux. Est dévoilée ainsi un peu de la personnalité de celui qui leur a donné le goût de la recherche sans les enfermer dans une « école » de science politique.
À la manière d’un dictionnaire, dans un format original, l’ouvrage rassemble 71 notices qui reviennent sur un concept, un objet scientifique (ou non), un livre ou un article. Depuis « acte de vote » jusqu’à « vote des patrons », en passant par « socialisme municipal » ou « organisations patronales », sans oublier « SHIP », « Genèses et collection socio-histoires », elles produisent des Mélanges d’un genre nouveau, non conventionnel et foisonnant. Une bibliographie de Michel Offerlé et un retour sur son itinéraire par lui-même complètent cet abécédaire.
L’ensemble donne à voir les transformations de la science politique au tournant du XXIe siècle. Il permet de prendre la mesure de l’originalité d’une œuvre qui place l’interdisciplinarité et le terrain au cœur de la démarche du chercheur et de l’enseignant.