Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Publications > Ouvrages

Néo-pentecôtismes

Jesús García-Ruiz et Patrick Michel (dir.)
Actes du colloque néo-pentecôtismes, qui s’est tenu les 6 et 7 février 2014, à l’Ecole normale supérieure (Paris), à l’initiative du Centre Maurice Halbwachs (CNRS-ENS-EHESS), sous l’égide du LabEx Tepsis.

Présentation :
Dans un ouvrage récent, Peter Beyer évoque le lien « historique, conceptuel et institutionnel », qui existe à ses yeux entre globalisation et religion, cette dernière apparaissant doublement comme une « expression du processus historique de globalisation » et comme l’un « des résultats [outcomes] des transformations et des développements successifs qui ont conduit à la société mondiale contemporaine ». Mais si le religieux est un indicateur ou le produit d’un processus de transformation affectant l’ensemble des sociétés contemporaines, il constitue également l’un des espaces privilégiés de l’effectuation même des recompositions induites par ce processus.
Celles-ci, parce qu’elles ébranlent l’ensemble des repères auxquels pouvaient se référer les acteurs sociaux, sont largement appréhendées et vécues par eux sur le mode de la « crise », une crise dont la progression des néo-pentecôtistes, partout, serait tout autant un indicateur qu’un instrument de gestion. Le courant évangélique, et en son sein le néo-pentecôtisme, apparaissent de fait comme une ressource privilégiée de redéfinition identitaire et d’inscription de cette identité reconstruite dans un univers de circulation fluide.
L’ambition poursuivie ici est de contribuer, en construisant le religieux en un objet intermédiaire, à mettre en place les éléments de l’outillage intellectuel renouvelé nécessaire pour penser les recompositions affectant la scène contemporaine en termes de relation entre politique, social et religieux. La double fonction d’un religieux simultanément indicateur et mode de gestion des recompositions à l’œuvre sera abordée à travers trois dimensions étroitement articulées :
- la production, via le religieux, d’une individuation compatible avec les processus de globalisation / mondialisation en cours ; c’est-à-dire la façon dont les nouvelles institutions communautaires néo-pentecôtistes tendent à fabriquer un individu globalisé, selon une logique pleinement intégrée de marché. Et dès lors la gestion, via le religieux, de la réarticulation, dans le mouvement, du rapport individu – communauté – universel ; comment donc se forgent, entre déterritorialisation et reterritorialisation, de nouvelles appartenances communautaires et de nouvelles loyautés, en lien avec les mobilités sociales induites par les usages du religieux.
- l’établissement, via le religieux, d’un rapport renouvelé au politique ; et ce dans une logique où, loin de s’éprouver comme autonomes l’un par rapport à l’autre, religion et politique se mêlent et se redistribuent en permanence dans un espace caractérisé par l’extrême fluidité des circulations qui l’organisent.
- La mise en place, via le religieux, de réseaux mondialisés, permettant l’émergence d’acteurs globaux en relation de complémentarité les uns par rapport aux autres, et en capacité de déployer du religieux déterritorialisé.

Le livre au format PDF

Le livre au format Epub

Lire en ligne