Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Équipes > GRECO

Activités scientifiques antérieures


2016

Séminaires GRECO 2016
Les représentations de la justice sociale et des inégalités en Europe
Séminaire de recherche organisé par Michel Forsé, Caroline Guibet-Lafaye et Cédric Rio validable pour le Master de l’EHESS, ENS
Lieu  : ENS, 48 bd Jourdan, 75014 Paris, Salle F, 11h-13h
Calendrier :
5 janvier 2016, Michel Forsé, Caroline Guibet Lafaye, Cédric Rio (CNRS, CMH), Les Européens face aux inégalités
19 janvier 2016, Renato Carmo (ISCTE-IUL), Louis Maurin (Observatoire des inégalités), Márton Medgyesi (TÁRKI), Quelques pays européens face à la crise
2 février 2016, Maxime Ladaique, Guillaume Cohen (OCDE, Division politiques sociales), Les moteurs de l’accroissement des inégalités au sein des pays européens et de l’OCDE
16 février 2016, Richard Breen (Nuffield College, Oxford), La mobilité sociale en Europe
15 mars 2016, Cédric Rio ( CMH ), "Politiques sociales de l’Union européenne et diversité des systèmes sociaux nationaux"
5 avril 2016, Pierre Baussand (Social Platform), Société civile et lutte contre les inégalités
17 mai 2016, Daniel Dumont (ULB), Les réformes du système belge de sécurité sociale
31 mai 2016, Monique Méron (Insee), Réflexions autour de l’élaboration d’une nomenclature socio-économique européenne
7 juin 2016, Andrea Sangiovanni (King’s College), Quelle solidarité à l’échelle européenne ?


Colloque, « L’appropriation privative du collectif et du commun : théories, histoire et politiques »
Jeudi 21 et vendredi 22 janvier 2016
Lieu : Maison des Sciences Économiques, Paris
Programme
Jeudi 21 janvier
9h : Accueil des participants et inscriptions
9h30 – 9h45 : Introduction
9h45 – 10h45 : Conférence d’ouverture
Président de séance : Pierre Crétois (Sophiapol)
Antonio Negri, Commun : appropriation et production
10h45-11h15 : Pause
11h15-12h45 : SESSION 1 – Approches définitionnelles des biens communs, collectifs, publics I
Présidente de séance : Nathalie Sigot (Paris 1, PHARE)
Pierre Sauvêtre (Université de Lille, Sophiapol), La généalogie public/privé/commun à la lumière du débat contemporain sur les beni communi
Sébastien Broca (Labex Sites/CEPN), L’approche ostromienne de la propriété permet-elle de penser les communs ?
12h45-14h15 : Déjeuner
14h15-15h45 : SESSION 2 – Les biens communs comme outil d’appropriation I
Président de séance : Michel Forsé (CNRS, CMH)
Natália Frozel Barros (Paris 1, CRPS-CESSP), Quand le bien commun devient un outil d’appropriation : comprendre « l’échec » du principe juridique de patrimoine commun de l’humanité à travers les usages politiques et économiques des fonds marins internationaux
Remi Schweizer (Université de Lausanne, IEPHI), Des biens pas si communs ? Le cas des bisses valaisans (Suisse)
15h45-16h15 : Pause
16h15-17h45 : SESSION 3 – La prédation du commun et du collectif et ses remèdes I
Président de séance : Stéphane Haber (Paris 10, Sophiapol)
Aurore Chaigneau (Université de Picardie Jules Verne, CEPRISCA), Du commun au collectif, expérience de la privatisation de l’habitat collectif en Russie en transition
Eleonora Gentilucci (CNRS, CES, Projet européen D-CENT), Le vol des commons, le cas des grains
Vendredi 22 janvier
9h-9h30 : Accueil café
9h30 – 11h : SESSION 4 – Approches définitionnelles des biens communs, collectifs, publics II
Président de séance : Emmanuel Picavet (Paris 1, Nosophi)
Maurits de Jongh (Sciences Po, CEVIPOF), M. Oakeshott’s theory of public goods
Camille Rivière (Labex Tepsis, CEMS/EHESS), Propriété privée versus commun : comment la biodiversité met à l’épreuve les définitions
11h-11h30 : Pause
11h30-13h : SESSION 5 – Les biens communs comme outil d’appropriation II
Présidente de séance : Marie Cornu (CNRS, CECOJI)
Mathieu Cocq (IDHE, ENS Cachan), Le commun au service de l’appropriation privative : réflexions sur le travail des joueurs dans l’industrie du jeu vidéo
Martin Deleixhe (KULeuven), De la conflictualité au sein des communs
13h-14h30 : déjeuner
14h30-16h : SESSION 6 – La prédation du commun et du collectif et ses remèdes II
Présidente de séance : Caroline Guibet Lafaye (CNRS, CMH)
Maxime Desmarais-Tremblay (Paris 1, CES et Lausanne, Centre Walras-Pareto), The normative problem of merit goods in perspective
Léa Eynaud (EHESS, CEMS), Sur le terrain du commun : éléments de réflexion autour de la réappropriation citoyenne de l’énergie et des déchets
16h15-17h15 : Conférence de clôture
Président de séance : Philippe Poinsot (Paris-Est Créteil, LVMT)
Stéphane Haber (Paris 10, Sophiapol), La face objective de la dépossession : privation, accaparement, pillage, prédation


Colloque, De la « passion de l’égalité » aux luttes contre les inégalités : réalités et représentations
From the “passion for equality” to the struggle against inequalities : Realities and Representations
Vendredi 5 et samedi 6 février 2016
Lieu  : American University of Paris, 6 rue du Colonel Combe, 75007 Paris, Room C-104
As the work of Thomas Piketty and others has made it blatantly clear, inequalities have increased dramatically in contemporary liberal societies, reaching a dangerous level. Including social scientists, philosophers, historians, economists and political scientists from France, Britain and the US, the conference will examine both the realities and the social representations of inequality. It will critically discuss some of the institutions such as “Property-owning Democracy” that claim to reconcile social justice and individual flourishing.
Programme
Vendredi 5 février “Realities and Representations of Inequalities”
14h-14h15 : Welcoming remarks by Scott Sprenger (American University of Paris)
14h15-14h40 : Introduction par Stephen Sawyer (American University of Paris), « Tocqueville et les inégalités »
14h40-15h15 : Michel Forsé (CNRS, CMH), Simon Langlois (Université Laval, Québec) et Maxime Parodi (Sciences Po, OFCE), « Perception des inégalités : comparaison France/Québec »
15h20-15h55 : Patrick Savidan (Université de Poitiers), « Voulons-nous vraiment l’égalité ? »
16h00-16h35 : Peter Haegel (American University of Paris), “Thinking about the Political Agency of the Ultra-Wealthy : Billionaires in World Politics”
16h40-17h15 : Olivier Godechot (CNRS, Sciences Po), « Variété de financiarisation et accroissement des inégalités »
17h20-17h55 : Arthur Goldhammer (Minda de Gunzburg Center for European Studies, Harvard University), Democracy and Expertise : The Politics of Inequality
18h00 : Apéritif-débat autour de Thomas Piketty et Arthur Goldhammer
Samedi 6 février “Property-owning Democracy” (POD)
9h30-10h05 : Catherine Audard (Department of Philosophy, LSE), “Rawls/Piketty on POD and capitalism”
10h10-10h45 : Stuart White (Jesus College, Oxford), “Republicanism and POD”
10h50-11h25 : Martin O’Neill (Department of Politics, University of York), “Property-Owning Democracy, Liberal Socialism, and the Spaces In-between”
11h30-12h05 : Olivier Zunz (University of Virginia), « Tocqueville et le socialisme »
12h10-12h45 : Conclusion par Françoise Mélonio (Présidente de La Société Tocqueville)


Journées d’études : « Radicalisation politique et luttes armées. La lutte armée, instrument d’émancipation des femmes ? »
Mardi 15 et mercredi 16 mars
Lieu
 : CMH, 48 bd Jourdan, 75014 Paris, salle 10 le 15 et salle F le 16
Programme
Mardi 15 mars
13h30 Accueil des participants – 48 bd Jourdan, 75014 Paris, salle 10
Présidente de séance : Maritza Felices-Luna.
14h00-14h30 : Fanny Bugnon (Univ. de Rennes II), introduction des journées d’étude, « Penser la violence politique des femmes ».
14h30-15h00 : Ami-Jacques Rapin (Univ. de Lausanne), « Action clandestine et militarisation : les dimensions contraintes de lutte armée ».
15h00-15h30 : discussion
15h30-16h00 : pause
16h00-16h30 : Anne Steiner (Univ. de Paris X), « Ulrike Marie Meinhof : du journalisme engagé à la lutte armée, une trajectoire politique ».
16h30-17h00 : Isabelle Lacroix (UVSQ), « La participation des femmes à la lutte armée au Pays Basque. De l’émancipation à l’assignation de genre ».
17h00-17h30 : discussion finale
Mercredi 16 mars
9h30 Accueil des participants – 48 bd Jourdan, 75014 Paris, salle F
Présidente de séance : Marielle Debos.
10h00-10h30 : Laetitia Bucaille (Inalco, CESSMA), « Les femmes dans la guerre, des combattants comme les autres ? »
10h30-11h00 : Maritza Felices-Luna (Univ. Ottawa, Canada), « La production de(s) féminité(s) au sein de groupes armés contestataires : modèles imposées, pratiques négociées ».
11h00-11h30 : discussion
11h30-12h00 : pause
12h00-12h30 : Jules Falquet (Univ. Paris Diderot, CEDREF-LCSP), « Le concept de “division sexuelle du travail révolutionnaire” pour analyser la participation des femmes : le cas du Salvador ».
12h30-13h00 : discussion
13h00-14h00 : repas
Présidente de séance : Isabelle Lacroix.
14h00-14h30 : Laurent Gayer (Sciences Po, Paris), « Militariser les femmes : doctrines, pratiques et critique du “féminisme martial” en Asie du Sud ».
14h30-15h00 : Camille Boutron (Universidad de los Andes), « La réinsertion sous conditions ? Trajectoires combattantes féminines du post-conflit au Pérou et réaffirmation du système patriarcal.
15h00-15h30 : discussion
15h30-16h00 : pause
16h00-16h30 : Géraldine Casutt (EHESS et Univ. de Fribourg), « Femme et djihad : le refus d’une violence d’émancipation et l’inscription dans une lutte au nom d’Allah ».
16h30-17h00 : Carole André-Dessornes (EHESS, Cadis), « Aux origines des opérations/suicides au féminin : Le Liban ou une stratégie adoptée par les groupes séculiers au nom de la libération du territoire (une émancipation qui ne s’est pas concrétisée politiquement) ».
17h00-17h30 : discussion finale


Colloque, L’Union européenne face aux inégalités sociales
Mardi 12 et mercredi 13 avril 2016
Lieu
 : CMH, salle A2, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris
Comité d’organisation : Esther Durin (IHECS, Citizens for Europe), Cédric Rio (CMH, CNRS), Rodrigo Yanez (CMH, CNRS)
Les prérogatives politiques des institutions de l’Union européenne sont essentiellement économiques et les États restent souverains sur le plan social. Mais des outils politiques existent d’ores et déjà au niveau européen pour réduire les inégalités entre les populations européennes dans de nombreux domaines (politique de cohésion, politique de l’emploi Europe 2020, etc.). Le fait qu’il soit en théorie et en pratique possible de lutter contre les inégalités au niveau européen ne signifie pas que cela est justifié. Peut-on parler d’un devoir de solidarité entre Européens, comme on pourrait le faire à l’échelle nationale ?
Programme
Mardi 12 avril
9h30 – 10h00 Accueil
10h00 – 12h00 Session introductive
Jean-Marc Ferry (Université de Nantes)
Face à l’enlisement de l’UE, quels jalons pour une Europe sociale ? Réflexions sur un autre paradigme de la répartition
13h30 – 15h30 1ère session
Les pratiques de l’Union européenne dans le domaine social
Gwenaëlle Perrier (Paris 13)
La politique d’égalité des sexes de l’Union européenne : portée et limites de « l’égalité pour le marché »
Arnaud Lechevalier (Paris 1) :
L’Europe sociale dans l’impasse
15h45 – 17h45 2e session
Table-ronde : Quels rôles pour la société civile au sein de l’Union européenne ?
Michel Mercadié (EAPN/FEANTSA), Richard Delplanque (EAPN)
Viviane Teitelbaum (Lobby européen des femmes) (à confirmer)
Valentin Dupouey (Forum Civique Européen)
Mercredi 13 avril : Quelle solidarité à l’échelle européenne ?
9h30 – 11h00 3e session
Antoon Vandevelde (UK Leuven)
Normative Arguments for a European Social Union
11h15 – 12h45 4e session
Patrick Savidan (Poitiers)
Un sens de la justice européen ?
14h00 – 15h30 5e session
Kalypso Nicolaïdis (Oxford) et Juri Viehoff (Zurich) :
The Choice for Sustainable Solidarity in Post-Crisis Europe
15h45 – 17h15 6e session
Andrea Sangiovanni (King’s College London)
On the Relation Between Solidarity and Legitimacy in the EU
Ce colloque est organisé dans le cadre du projet « Lutte contre les inégalités sociales au sein de l’Union européenne : pratiques et justifications », soutenu par la Région Ile-de-France, Partenariats institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation (Picri). Le colloque est également soutenu par le Centre Maurice Halbwachs, l’équipe GRECO, la Cnaf, la FpH, Citizens for Europe et l’Observatoire des inégalités.


Ateliers internationaux TEPSIS, Radicalisation politique et lutte armée. Conceptions du juste dans la lutte armée
Ateliers internationaux co-organisés par le CMH et le Laboratoire Printemps (CNRS-UVSQ)
Mercredi 8 juin, 9h30-17h30
Lieu
 : EHESS, 96 bd Raspail, 75006 Paris, salle M. et D. Lombard
Journée organisée par Caroline Guibet Lafaye
Le troisième atelier international, « Conceptions du juste dans la lutte armée » du programme de recherche « Radicalisation politique et luttes armées (JISA) », financé par le laboratoire d’Excellence Tepsis et par PSL Research University, est consacré aux conceptions du juste qui sous-tendent la dénonciation des états sociaux, formulée par les participants aux luttes armées. L’accent portera sur la manière dont les groupes engagés dans lutte armée et leurs participants justifient l’utilisation de la violence, au nom de leurs conceptions de la justice. L’atelier visera, d’une part, à souligner les raisons politiques et éthiques de l’engagement, au sein de l’action collective, et, d’autre part, à analyser l’élaboration des justifications du conflit armé, au nom de la réalisation de ces conceptions du juste, conceptions qui peuvent être défendues au nom de la revendication d’un idéal démocratique. Quel idéal de justice les participants aux luttes armées véhiculent-ils ? Comment justifient-ils le conflit dans une quête souvent menée au nom d’un idéal démocratique ? Comment ces idéaux et ces exigences éthiques s’actualisent-ils dans l’évolution historique et le combat de ces groupes ?
Programme :
9h30-9h45 : Accueil des participants - 96 bd Raspail, 75006 Paris, salle M. et D. Lombard
9h45- 10h00 : Introduction
10h00-10h30 : Isabelle Sommier (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), « Réflexions épistémologiques et méthodologiques sur l’étude des discours de guerre »
10h30-11h00 : Francesco Palaia (Université La Sapienza), « La CGIL et le PCI entre violence politique et radicalité sociale (1969-1975) »
11h00-11h15 : discussion
11h15-11h30 : pause
11h30-12h00 : Pierre Crétois (Sophiapol, Université Paris X - Nanterre), « La revendication d’autonomie radicale de l’opéraïsme à l’insurrection qui vient ».
12h00-12h30 : Philippe Marlière (University College de Londres), « Le “communisme libertaire” d’Action directe : réflexions théoriques ».
12h30-13h00 : discussion
13h00-14h30 : repas
14h30-15h00 : Barbara Loyer (Université Paris VIII, Institut Français de Géopolitique), « Le juste en son reflet : l’injuste. Réflexion sur l’ETA »
15h00-15h30 : Anastassia Tsoukala, « Au nom de quelle justice ? L’image contradictoire de l’actuelle lutte armée en Grèce »
15h30-15h45 : discussion
15h45-16h00 : pause
16h00-16h30 : Sergiu Miscoiu (Universités Paris-Est et Babes-Bolyai), « La nation critique naissante ? Indigénisme, justice sociale et justification de la lutte armée en Bolivie. Alvaro Garcia Linera et le mouvement Tupak Katari »
16h30-17h00 : Laura Di Fabio (University di Roma « Tor Vergata »), « Les conceptions de la violence et du juste des anciens membres de lutte armée en RFA. Une enquête autobiographique »
17h00-17h30 : discussion finale


2ème journée d’étude, « Pour (ou vers) un statut juridique des biens communs »
Journée d’étude co-organisé par le CMH, Sophiapol et la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord
Vendredi 10 juin, 9h30-17h
Lieu
 : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 20 avenue George Sand, La Plaine Saint-Denis, salle 413 Sud le matin et Salle 414 Sud l’après-midi
Organisation : Caroline Guibet-Lafaye (CNRS) et Pierre Crétois (Sophiapol)
Programme
9h30-10h15
Conférence plénière : Toni Negri : commun et capitalisme cognitif
10h30-12h30
Première table : faut-il échapper à l’exclusivisme propriétaire pour penser juridiquement l’inclusion ?
Daniela Mone (Uni Napoli)
Daniela Festa (EHESS)
Aurore Chaigneau (UPJV)
14h-15h30
Deuxième table : les écosystèmes naturels et économiques, nouveaux communs, nouveaux paradigmes de l’inclusion ?
Nicolo Mignemi (EHESS)
Sandrine Rousseau (Lille 1)
Camille Ternier (Université Catholique de Lille)
15h45-17h
Troisième table : « plateformisation » de l’économie et inclusion, vers une régulation des projets en collaboratifs en ligne ?
Vivien Roussel (Fablabmanager)
Clément Quinson (Electrolab)
Julien Cantoni (P2P Foundation)


Journée d’études « Mobilité sociale et frustration »
Vendredi 14 octobre, 9h45-17h45
Lieu
 : Sciences Po, 13 rue de l’Université, 75007, Paris, Salle du Conseil
Organisée par Michel Forsé (CNRS, CMH) et Maxime Parodi (SciencesPo, OFCE)
A l’heure où l’entend beaucoup parler d’un « ascenseur social » qui serait en panne ou d’un sentiment de déclassement, cette journée d’études se propose de revenir sur les questions classiques en sociologie de la mobilité sociale et de la frustration. Comment évoluent aujourd’hui les perspectives de mobilité sociale ? Quel est le ressenti des individus sur la mobilité sociale en général et sur la leur en particulier ? Quel lien peut-on faire entre la mobilité sociale et le sentiment de frustration ? Depuis la célèbre thèse d’Alexis de Tocqueville sur la frustration relative, il est devenu habituel de lier ensemble les deux notions. Est-ce toujours pertinent ? Quelles sont les limites de cette perspective ?
Programme
Accueil à partir de 9h45
Première session sous la présidence d’Hélène Périvier (Sciences Po, OFCE)
10h-10h45, Camille Peugny (Université Paris 8, CRESPPA) : Les conséquences individuelles et collectives de la mobilité sociale : construire un cadre théorique pour rendre compte de l’expérience du déclassement.
11h-11h45, Louis-André Vallet (CNRS, OSC) : Mobilité entre générations et fluidité sociale en France au fil des cohortes de naissance et selon l’avancée en âge : le rôle de l’éducation.
Déjeuner 12h-13h45
Deuxième session sous la présidence de Yannick Lemel (associé au Gemass)
13h45-14h30, François Dubet (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim & CADIS) : Individualisation des inégalités et frustration relative.
14h45-15h30, Michel Forsé (CNRS, CMH), Maxime Parodi (Sciences Po, OFCE) : Comment les Français jugent-ils leur statut social ?
Pause café : 15h45-16h
Troisième session sous la présidence de Florence Maillochon (CNRS, CMH)
16h-16h45, Etienne Perron-Bailly (DREES) : C’était mieux avant ? L’opinion des Français sur leur situation par rapport à celle de leurs parents.
17h-17h45, Olivier Galland (CNRS, GEMASS) : Les jeunes face aux injustices et aux discriminations.
Chaque communication sera suivie de 15 minutes de débat.


2015

Séminaires GRECO 2015
Les représentations de la justice sociale et des inégalités
Séminaire de recherche organisé par M. Forsé et C. Guibet-Lafaye validable pour le Master de l’EHESS, Mention Sociologie
ENS, 48 bd Jourdan, 75014, Paris, Salle de réunion du 2ème étage du bâtiment B, Mardis de 11h à 13h
Calendrier :
Mardi 6 janvier, Maxime Parodi (Sciences Po, OFCE), La hiérarchie des principes de justice sociale
Mardi 20 janvier, Michel Forsé (CNRS, CMH), Une enquête sur la perception des inégalités et les sentiments de justice sociale en France
Mardi 3 février, Michel Forsé (CNRS, CMH), L’évolution de la perception des inégalités depuis dix ans en France
Mardi 3 mars, Michel Forsé (CNRS, CMH), L’horizon du spectateur équitable
Mardi 17 mars, Caroline Guibet Lafaye (CNRS, CMH), Sentiments d’injustice et attitudes politiques
Mardi 7 avril, Frédéric Gonthier (IEP de Grenoble), L’évolution de la demande d’Etat en Europe et ses effets sur la perception des inégalités sociales
Mardi 5 mai, Thomas Amadieu (GEMASS), Les jeunes et la justice sociale
Mardi 19 mai, Olivier Donnat (Ministère de la Culture), Inégalités et pratiques culturelles
Mardi 2 juin, David Mélo (Université d’Orléans), Manières de recruter : l’égalité des chances à l’épreuve de l’expérience des recruteurs


Workshop, « La formation des représentations de la justice distributive dans l’enfance »
Mardi 6 octobre, 9h15-18h
Lieu : CMH, 48 Bd Jourdan, 75014 Paris, Salle 10
Organisé par Michel Forsé et Caroline Guibet Lafaye (CNRS, CMH)
Programme
9h15, Accueil des participants
9h30-10h, M. Forsé et al., « Le consensus en faveur de l’égalité chez les enfants de 6 à 10 ans »
10h-10h30, Bertrand Geay (Univ. de Picardie), « Expérience de l’école et formation des dispositions éthiques : une enquête sur les jeux enfantins en fin d’école primaire »
10h30-11h, Discussion
11h-11h15, Pause Café
11h15-11h45, Wilfried Lignier (ENS) et Julie Pagis (CNRS), « Une latéralisation politique. Les perceptions enfantines de la gauche et de la droite »
11h45-12h15 Nathanaël Friant (Université de Mons), « Justice et injustice scolaire : quels sentiments chez les élèves ? »
12h15-12h45, Discussion
12h45-14h30, Déjeuner
14h30-15h, Olivier Mascaro (Institut Jean Nicod), « Explaining the gap between performance and competence in early distributive justice : Are young children naïve moralists, or sophisticated sociologists ? »
15h-15h30, Roberta Bosisio (Université de Turin), « Questions of distributive justice : how to distribute resources, services and rights in the opinions of young people »
15h30-16h, Discussion
16h-16h15, Pause café
16h15-16h45, Luca Surian (Université de Trente), « Do infants’ reactions to antisocial and prosocial actions reveal a sense of fairness and reciprocity ? »
16h45-17h15, Clémence Boxberger (RECIFES), « Accords et désaccords entre pairs dans les cours de récréation à l’école élémentaire : quels principes de justice mis à l’épreuve ? »
17h15-18h, Discussion et clôture


Colloque, « La France des inégalités : réalités et perceptions »
Jeudi 15 et vendredi 16 octobre
Lieu : Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, salle D035 - 28, rue Serpente, 75006 Paris
Avec la participation de Michel Forsé, CNRS/GRECO-CMH
Ce colloque s’appuie sur les résultats du récent programme de recherche DYNEGAL (programme financé par l’Agence nationale de la recherche) pour analyser les différentes facettes des attitudes des français à l’égard des inégalités, des discriminations et des injustices et leurs liens avec les caractéristiques des personnes concernées. Il tente également de mettre en rapport ces attitudes avec les orientations politiques et les choix en matière de fiscalité.
Programme


Journée d’étude, « Radicalisation politique et lutte armée »
Sociologie et histoire comparées de la lutte armée en Europe occidentale et en Turquie
Jeudi 3 décembre, 9h15-17h15

Lieu : EHESS, 96 bd Raspail, 75006 Paris, salle M. et D. Lombard
Journée organisée par Caroline Guibet Lafaye CNRS-CMH et Hamit Bozarslan EHESS-Cetobac
Programme
9h15 Accueil des participants
9h15 – 9h30 : Introduction
9h30 – 10h00 : Matthias Middell (University of Leipzig), « Une histoire connectée de 1968 - problèmes de méthode »
10h00-10h30 : Marco Di Maggio (University of La Sapienza), « Histoire croisée et histoire comparée. La dimension transnationale des phénomènes politiques nationaux »
10h30-11h : discussion
11h00-11h15 : pause
11h15-11h45 : Laura Di Fabio (University di Roma « Tor Vergata »), « Les politiques de répression et de prévention étatique contre l’extrémisme et le terrorisme politique en Europe : les cas italien et allemand. Questions de méthodologie »
11h45-12h15 : discussion
12h15-13h45 : repas (105 bd Raspail, salle 10)
13h45-14h15 : Baris Tugrul (CETOBAC-EHESS), « Violence politique et question générationnelle : les défis méthodologiques sur le terrain dans le cas de l’ETA et du PKK »
14h15-14h45 : Joost Jongerden (Wageningen University), « The Kurdistan Workers Party PKK : Methodology, critique and the political turn »
14h45-15h15 : discussion
15h15-15h45 : pause
15h45-16h15 : Daniele Conversi (University of the Basque country/IKERBASQUE Foundation), « Beacons of liberation : International influences and the turn to armed struggle in European sub-state nationalist movements, 1960s-1970s »
16h15-16h45 : Ermanno Taviani (University of Catania), « Words of the violence and words of the politics : how terrorism changed the European Left »
16h45-17h15 : discussion finale


2014

Colloque "Penser autrement la propriété. Des formes de conceptualisation alternatives de la propriété"
Lundi 2 et mardi 3 juin
Colloque organisé par Caroline Guibet Lafaye (Directrice de recherches au CNRS) et Sarah Vanuxem (Maître de conférences à l’UNSA)
Colloque du GREDEG – CREDECO, du Centre Maurice Halbwachs et de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-Est.
Lieu : Faculté de droit de l’Université de Nice Sophia Antipolis - Amphithéâtre 202
Il est courant de présenter le droit des biens français comme opposant les partisans d’une théorie classique de la propriété – qui la définissent comme un faisceau de prérogatives (usus, fructus et abusus) –, aux tenants d’une théorie renouvelée de la propriété – qui la regardent telle une relation d’exclusivité entre une personne et sa chose (Ginossar, F. Zenati et Th. Revet) –. L’on ne saurait toutefois manquer de voir que ces doctrines demeurent, au-delà de leurs divergences, fermement attachées à la conception juridique moderne et à ses présupposés jus-naturalistes, voire plus généralement essentialistes. Toutes deux restent en particulier centrées sur une seule vision de la propriété : celle que l’on a pu nommer « maîtrise souveraine », lors même que la démonstration a été faite que le Code civil contient en germe d’autres possibilités (M. Xifaras).
Ce sont ces formes « alternatives » de conceptualisation de la propriété que nous souhaiterions explorer les 2 et 3 juin prochain, à Nice. Au fil des communications, nous découvrirons les interprétations contemporaines de la propriété en termes d’accès et de contrôle, mais aussi de « faisceaux de droit », et verrons quels liens peuvent être tissés avec ce qu’il est désormais convenu d’appeler les « communs » ; nous reconsidérerons les propriétés communes ou collectives, souvent méconnues, et nous demanderons dans quelle mesure il serait possible de renouer avec les anciennes formes de « propriétés simultanées ». L’on s’efforcera de s’ouvrir aux visions non occidentales de la propriété, au risque de voir le concept purement et simplement rejeté. Enfin, des études de cas illustrant la difficulté de rendre compte de la propriété selon la conception orthodoxe complèteront des exposés de portée plus conceptuelle.

Programme

2010

Initiation à l’utilisation du nouveau recensement de la population
Journée organisée par Alexandre Kych et Benoît Tudoux (CMH-GRECO/ADISP)
Lundi 22 mars 2010, de 14h à 18h
Lieu : Bâtiment principal, grande salle, 48 Bd Jourdan – Paris 14ème
Initiation à l’utilisation du nouveau recensement de la population.
Une nouvelle collecte et de nouveaux fichiers
De nouveaux concepts et des variables disparues, modifiées ou nouvelles
Une nouvelle diffusion et de nouveaux produits
On mettra en particulier l’accent sur :
Les conséquences de l’étalement de la collecte sur plusieurs années

  • Les différents fichiers en jeu
  • Le millésime

L’évolution des concepts depuis le recensement de 1999

  • Population légale
  • Ménage, famille, couple
  • Âge et génération
  • Activité et emploi
  • Nationalité

La nouvelle offre

  • Le tout internet
  • La documentation
  • La multiplicité des fichiers détail
  • Et le CMH ?