Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Membres

Charpenel Marion

Ingénieure de recherche contractuelle
Membre de l’équipe PRO du CMH.
Discipline
 : Sociologie et Science politique
Contact  : marion.charpenel@sciencespo.fr
Marion Charpenel a soutenu en octobre 2014 une thèse qualifiée en science politique et en sociologie intitulée "Le privé est politique ! Sociologie des mémoires féministes en France" (Sciences-Po Paris). Cette thèse réalisée sous la direction de Marie-Claire Lavabre (ISP, CNRS) lui a permis d’obtenir le Prix de thèse en Etudes de Genre de la Ville de Paris 2015. Dans le cadre de ce doctorat, elle a été doctorante invitée au Department of Sociology ─ Columbia University , NYC (1 an) ; et boursière du programme de recherche NYU/CNRS « Memories and Memorialization », UMI Transitions, New York University (3 mois)
Depuis janvier 2015, elle participe comme ingénieure de recherche contractuelle au Centre Maurice Halbwachs à une recherche collective sur la négociation et la mise en œuvre des accords d’égalité professionnelle femmes-hommes en entreprise. Cette recherche, réalisée avec Sophie Pochic (CMH, ENS-EHESS), Delphine Brochard (Centre d’Economie de la Sorbonne, Paris 1), Vincent-Arnaud Chappe (CSI-i3 Mines Paris Tech, CNRS), Hélène Demilly (CMH, ENS-EHESS ; IDHES, Université Paris Nanterre), Susan Milner (University of Bath) et Marion Rabier (Université de Haute Alsace), est financée par le Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social (DARES).
Les recherches de Marion Charpenel, qui ont porté successivement ou simultanément sur le fait religieux, l’action collective, la mémoire et les relations professionnelles, sont résolument ancrées dans les études de genre, et cherchent à comprendre à la fois les mécanismes de production des inégalités entre les sexes, les modalités de résistance collective à ces inégalités et les effets du genre sur les trajectoires sociales et les identités politiques. Elle mobilise des méthodes quantitatives et qualitatives empruntées à différentes traditions disciplinaires et s’appuie sur les innovations qu’offrent Internet et les NTIC pour collecter et analyser les données.
Elle développe actuellement également une recherche sur les mouvements de promotion à l’allaitement maternel en France, aux Etats-Unis et à l’échelle internationale. En partant des cas étatsuniens et français, elle cherche à comprendre les conditions de déploiement transnational d’une cause initialement portée localement par des groupes d’entraide de mères à mères. Elle s’intéresse aux conditions de politisation des participantes aux groupes de soutien à l’allaitement, ainsi qu’aux transformations des savoirs produits par ces groupes par la prise en charge de la cause par des médecins, des scientifiques et des instances administratives et politiques. Pour mener à bien cette recherche, elle croise travail sur archives, analyse de réseau, études quantitatives et enquêtes ethnographiques.
Depuis 2005, comme ATER et chargée de cours, Marion Charpenel a assuré des enseignements en sociologie et en science politique en premier et second cycle universitaire (L1, L2, L3, M1 Recherche et Professionnel, M2 Professionnel, 1e et 2e années d’Instituts de formation en soins infirmier) dans une variété d’établissements (Université Paris 13, Université Paris 8, Université Lille 2, Université Lumière Lyon 2, Université René Descartes-Paris V, Institut Catholique de Paris, Instituts de formation en soins infirmiers de l’Hôpital Bichat et du Lycée René Auffray) et différents cursus (Licence de Sociologie, Magistère de Sciences sociales appliquées à l’interculturel, Licence de Science politique, Master recherche et Professionnel de Science politique, Master Métiers du politique et de la Gouvernance, Master Conduire et évaluer les politiques publiques, Master Politique et Action Publique, Master Etudes sur le genre, Licence de Droit, Instituts de formation en soins infirmiers). Ces enseignements ont consisté en des introductions à la sociologie et à la science politique, ont porté aussi sur les méthodes d’enquête (qualitatives et quantitatives), l’action associative et les mouvements sociaux, la sociologie politique, les relations internationales, la Vie politique française de 1870 à 1968 ou encore sur la Sociohistoire des féminismes.

Publications
(avec Alban Jacquemart, Camille Masclet et Bibia Pavard), Les féminismes des années 1970, Editions Vendémiaire, Paris, 2017 - à paraitre.
(avec Hélène Demilly et Sophie Pochic), « Egalité négociée, égalité standardisée ? », Travail, Genre et Sociétés, Vol.37, 2017.
« Francine Comte », « Monique Dental », « Catherine Deudon », « Mémoire », « MLF », « Françoise Picq », « Transmission », « Arlette Zilberg », in Christine Bard et Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes. France - XVIIIe-XXIe siècle, PUF, Paris, 2016.
« Les groupes de parole ou la triple concrétisation de l’utopie féministe », Education et Sociétés, Vol. 37, n°1, « Utopies et éducation : des groupes en mouvement », 2016, p. 15-31.
(avec Bibia Pavard), « Féminisme » in L. Bereni et C. Achin, Dictionnaire genre et science politique, Concepts, objets, problèmes, Presses de Sciences Po, Paris, 2013, p.263-273.
« Quand l’événement créé la continuité. L’intégration de Sohane Benziane dans les mémoires féministes en France », Sociétés contemporaines, n°85, mars 2012, p. 85-110.
(avec Marie-Claire Lavabre), « Liquider l’héritage ? » in J. Capdevielle et H. Rey, Dictionnaire de 1968, Larousse, Collection "A présent", Paris, 2008, p. 15-22.
« Jan Palach » in J. Capdevielle et H. Rey, Dictionnaire de 1968, Larousse, Collection "A présent", Paris, 2008, p. 318-319.
Français en Irlande ou Français d’Irlande, le rapport des expatriés au pays d’origine, L’Harmattan, Collection Logiques sociales, Paris, 2007, 228 p.

Animation de la recherche
Depuis 2015 : Co-responsable de la Chronique bibliographique sur le genre de la Revue française de science politique.
Depuis 2016 : Membre du réseau de recherche international Gender Equality Policy in Practice (GEPP), coordonné par Amy Mazur.
Depuis 2016 : Membre du groupe de recherche interdisciplinaire « Genre, emploi et politiques publiques (GEPP) », coordonné par Françoise Milewski – OFCE, Observatoire Français des Conjonctures Economiques ; PRESAGE, Programme de Recherche et d’Enseignement des SAvoirs sur le GEnre.
De 2010 à 2016 : Co-organisatrice du séminaire mensuel « Genre, féminismes et mobilisations collectives », Master PDI EHESS / ENS.
2015 : Membre du comité d’organisation des Journées européennes des doctorants en SHS, consacrées à l’interdisciplinarité et à l’emploi, les 3,4 et 5 novembre à l’INALCO et à l’Université Paris 7.
2014-2015 : Membre de l’équipe scientifique du projet « MEMU-Revisiter les musées d’histoire » du labex « Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire ».
2011-2012 : Membre boursière du programme de recherche NYU/CNRS « Memories and Memorialization », UMI Transitions, New York University.