Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Membres

Berriane Yasmine

Yasmine Berriane est politologue, chargée de recherche au CNRS. Elle rejoint l’équipe PRO du Centre Maurice Halbwachs en 2018. Après une thèse en sociologie politique soutenue à l’IEP de Paris, elle a été postdoctorante au Zentrum Moderner Orient et à l’Université Libre de Berlin (2011-2013), puis maître assistante à l’Université de Zurich (2013-2017) où elle a ensuite co-assuré le montage et la coordination du Consortium scientifique PRO GED (Swissuniversities) en 2018. Son travail s’inscrit à l’intersection de la science politique et de la sociologie et aborde différents champs de recherche, notamment l’action collective au prisme du genre, la sociologie électorale, les modalités de délégation de l’action publique et, plus récemment, la relation entre politique et droits à la terre. Privilégiant une approche processuelle, elle s’intéresse notamment à la fabrique et à la transformation des catégories et des relations sociales et politiques à différentes échelles spatiales et temporelles.
Ainsi, dans sa thèse de doctorat, elle interroge les transformations sociopolitiques qui découlent, au Maroc, des politiques de promotion de la participation des femmes au développement et des mesures encourageant le déploiement de la sphère associative dans le pays. Dans son premier projet postdoctoral, elle a ensuite étudié la fabrique de la sphère participative dans des contextes autoritaires, en prenant comme cas d’étude les maisons de jeunes, des « espaces interstitiels » de la participation et de la délégation de l’action publique. Son deuxième projet postdoctoral portait sur les transformations socio-politiques générées par l’intensification actuelle de la commercialisation des ressources foncières, prenant comme première étude de cas un mouvement revendicatif contre l’exclusion des femmes du droit de bénéficier des terres collectives au Maroc.
Ses recherches actuelles poursuivent cette réflexion en étudiant le lien entre transformations de droits fonciers et fabrique des citoyennetés dans des contextes de commercialisation intensifiée de la terre au Maghreb. Plus particulièrement, cette recherche vise à montrer comment la privatisation et la commercialisation des terres, qui se sont intensifiées depuis la fin des années 1990, ont déclenché des transformations ambivalentes en termes de normes légales, de formes d’expression politique et tout particulièrement en termes de genre.

Ouvrage
Femmes, associations et politique à Casablanca, Coll. : Description du Maghreb, Rabat : Centre Jacques Berque, 2013. URL

Articles dans des revues scientifiques à comité de lecture
« Développement et contremouvements : Réflexions autour des conflits nés de la marchandisation des terres collectives au Maroc », International Development Policy, 8.0, [Edition en ligne].
« La fabrique de la coutume au Maroc : le droit des femmes aux terres collectives » (avec Karen Rignal), Cahiers du Genre, 62, 2017, p.97-118.
« Bridging social divides : leadership and the making of an alliance for women’s landuse rights in Morocco”, Review of African Political Economy, 43:149, 2016, p.350-364.
« Inclure les ‘n’ayants pas droit’  : Terres collectives et inégalités de genre au Maroc », L’Année du Maghreb, 13, 2015, p. 61–78.
« The micropolitics of reform : Gender quota, grassroots associations and the renewal of local elites in Morocco », Journal of North African Studies, 20 : 3, 2015, p.432-449.
« Le Maroc au temps des femmes ? La féminisation des associations locales en question », L’Année du Maghreb VII, 2011, p. 332-342.
« The Complexities of Inclusive Participatory Governance : the case of Moroccan associational life in the context of the INDH », Journal of Economic and Social Research, 12:1, 2010, p.89-111.
« The Cool King und die Presse - Wandel des Bildes der Monarchie seit Amtsantritt von Mohammed VI“, INAMO, Nr.44, Hivers 2005, p.4-8.

Chapitres dans des ouvrages à comité de lecture
« Reforming gendered property rights : The case of collective land in Morocco », in D. Gray and N. Sonneveld (dir.), Gender, Law and Social Change in North Africa, Cambridge University Press, 2018, p.69-90.
« Development and Countermovements. Reflections on the Conflicts Arising from the Commodification of Collective Land in Morocco », in B. Hibou und I. Bono (eds.), Development as a battlefield, Series : International Development Policy, Issue 8, Boston/Leiden : Brill Nijhoff, 2017, pp. 247-267.
« Construire l’espace du social. Les multiples figures de l’intermédiation dans les maisons de jeunes à Casablanca », in I. Bono und B. Hibou (dir.), Le gouvernement du social au Maroc, Paris : Karthala (Collection « Recherches internationales »), 2016, p.45-82.
« Political Parties and Participation : Morocco », Encyclopedia of Women & Islamic Cultures, Online Supplement XIII, 2016.
« Les municipales de 2009 : une ethnographie côté femmes », in B. Dupret et al. (dir.), Le Maroc au Présent : d’une époque à l’autre, une société en mutation, Rabat/Casablanca : Fondation Al Saoud/Centre Jacques Berque, Collection Dialogue des deux rives, 2015, p.315-325.
« L’accès des femmes aux associations locales au Maroc », in M.P. Anglade et al. (dir.), Expériences du genre. Intimité, marginalités, travail et migration, Paris/Casablanca : Karthala/Le Fennec, 2014, p. 243-262.
« Intermédiations stratégiques : l’engagement de militantes associatives locales dans la campagne pour les législatives marocaines de 2007 », in L. Zaki (dir.), Terrains de campagne : Les législatives de septembre 2007 au Maroc, Paris : Karthala/IRMC, 2009, p.161-191.

Articles dans des revues scientifiques sans comité de lecture
« Der Kampf der arabischen Frauen um ihre Rechte » [La lutte des femmes arabes pour leurs droits] (avec B. Dennerlein), UZH Magazin, 25(2), 2016, p. 44-45.
« Constitutions under Debate » (avec T. Weiss), Asia & Europe Bulletin, 5/2016, p.1011.
« Terres collectives et inégalités : Le combat des soulaliyates » (avec F. Ait Mous), Economia, Mai 2014, p. 28-31.
« an-Nisāʾ wa-l-ḥayāt al-ʿāmma fī l-Maġrib : Naḥwa tanawwuʿ fī l-muqāraba wa-ʿtibār al-buʿd al-maḥallī » [Les femmes et la vie publique au Maroc : Pour une diversification des approches et une prise en compte de l’échelle locale], Awrâq al-Awsat, no. 2, Cahiers du CERES, Tunis, 2009, p.100-122.
« Zwischen Enttäuschung und Hoffnungsschimmer, die unsichtbare Präsenz der Frauen an den saudischen Kommunalwahlen » [Entre déception et lueur d’espoir : la présence invisible des femmes dans les élections communales en Arabie Saoudite], Femina Politica, 14 Jg., Vol.2, 2005, p.110-113.

Chapitres dans des ouvrages collectifs sans comité de lecture
« Droit à la terre et lutte pour l’égalité au Maroc : Le mouvement des soulaliyates » (avec F. Ait Mous), in H. Rachik (dir.), Contester le droit. Communautés, familles et héritage au Maroc, Casablanca : Ed. La Croisée des Chemins, 2016, p.87-173.
« Le mouvement des Soulaliyates : une mobilisation sectorisée de femmes pour le droit à la terre » (avec F. Ait Mous), in A. Allal & Th. Pierret (dir.), Au cœur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Paris : Armand Colin, 2013, p.83-85.
« Casablanca racontée par ses vendeuses de lben : trois regards à la croisée de la ville et de la campagne » (avec L. Bouasria), in M.Peraldi and M.Tozy (dir.), Casablanca : Figures et scènes métropolitaines, Paris/Casablanca : CJB/Karthala/CM2S, 2011, p.141-165.
« La production de l’ordre social urbain » (avec I. Ameur et al.), in P. R. Baduel (dir.), La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe. Acteurs, Organisations et Territoires, Paris : Maisonneuve & Larose, 2008, p.189-199.

Comptes rendus d’ouvrage
« Moha Ennaji (dir.).- Minorities, Women and the State in North Africa (New Jersey : The Red Sea Press, 2016) », Hespéris-Tamuda, Vol. LII-Fascicule 2, 2017, pp.447-451.
« Frances S. Hasso, Zakia Salime (dir.), Freedom without Permission. Bodies and Space in the Arab Revolutions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 mars 2017.