Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Activités scientifiques > Activités scientifiques antérieures > Soutenances de thèses 2012

Anne Lambert

« Tous propriétaires ! ». Politiques urbaines et parcours d’accédants dans les lotissements périurbains (des années 1970 à nos jours)

Vendredi 30 novembre, 14 h

Lieu : ENS, Campus Jourdan, Grande salle, bâtiment A.

Jury :
Jean-Yves AUTHIER, Professeur de sociologie, Université Lyon II, CMW
Stéphane BEAUD, Professeur de sociologie, ENS, CMH (Directeur de thèse)
Patrick LEHINGUE, Professeur de science politique, Université de Picardie, CURAPP
Catherine MARRY, Directrice de recherche, CNRS, CMH
Marco OBERTI, Professeur de sociologie, Sciences-Po Paris, OSC (Rapporteur)
Olivier SCHWARTZ, Professeur de sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS (Rapporteur)

Résumé :
Les lotissements périurbains sont aujourd’hui l’objet de nombreux discours critiques et de représentations le plus souvent négatives. Alliant matériaux ethnographiques recueillis dans le Nord de l’Isère et la région parisienne, et données statistiques de l’enquête Logement de l’INSEE, la thèse remet en cause plusieurs de ces idées répandues : celle du périurbain comme espace de ségrégation, lieu de « séparatisme social et politique » destiné à des ménages modestes dits « blancs ». Au contraire, elle montre que, loin d’être homogènes, les lotissements périurbains sont au cœur de la recomposition des rapports sociaux de classe, de sexe et de race au sein de la société française contemporaine. L’analyse, de la production des lotissements à leurs usages, souligne ainsi le rôle croissant des élus locaux dans la mise en oeuvre des politiques nationales de soutien à la propriété. Promouvant une « ouverture maîtrisée » de leurs territoires, ils contribuent à fixer sur place des habitants qui n’ont ni les mêmes trajectoires sociales, ni les mêmes perspectives de mobilité : des jeunes couples des centres urbains, des ouvriers des environs, des familles de cités HLM. Dès lors, la mixité du peuplement conditionne la diversité des usages et des modes de cohabitation sur la scène résidentielle. En particulier, en raison de son poids financier et matériel de plus en plus lourd sur l’économie domestique, la maison modifie le coût d’opportunité du travail salarié des femmes les moins qualifiées et renforce leur spécialisation dans le travail domestique, au contraire des femmes plus dotées en capitaux scolaires. En outre, l’arrivée récente de ménages issus de l’immigration maghrébine et d’Afrique subsaharienne dans les lotissements contribue à la racialisation des rapports de voisinage, qui ne recoupe qu’en partie les lignes de fractures sociales.