Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > À la une

Alix Heiniger, est accueillie au CMH jusqu’à la fin de l’année

Alix Heiniger est docteure en histoire et en sciences sociales. Après une thèse sur les parcours militants de résistant•e•s allemand•e•s entre leur exil en Europe de l’Ouest pendant la Seconde Guerre mondiale et leur réintégration politique dans les deux Allemagnes, ses recherches concernent l’histoire de la gestion de la pauvreté et de l’intervention dans le social aux 19e et 20e siècles. Grâce à une bourse du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique, elle commence un nouveau projet au Centre Maurice Halbwachs de l’EHESS, qui se poursuit en 2020 à l’European Institute de l’Université de Columbia (New York).
Cette nouvelle recherche intitulée Les mouvements féministes et la réforme sociale : une approche transnationale (1878-1919) se décline en deux parties. Dans un premier temps, en s’appuyant sur une approche prosopographique, une analyse de réseau et un recensement des participant•e•s aux congrès internationaux féminins et féministes, il identifiera un espace transnational de la réforme sociale dédié à l’amélioration du statut des femmes dans la société. La seconde partie du projet place la focale sur des œuvres philanthropiques à Genève, Paris et New York pour analyser les pratiques réformatrices au quotidien auprès des publics féminins. Elle permet d’analyser comment les rôles sociaux féminins sont diffusés aux femmes des classes populaires et d’ouvrir une nouvelle dimension dans la recherche sur les premiers mouvements féministes, celle de l’imbrication des rapports de pouvoirs. En effet, les réformatrices jugent légitime de s’exprimer au nom de toutes les femmes en justifiant leur démarche par la sororité. Mais ne produisent-elles pas ainsi un nouveau rapport de pouvoir sur les femmes qu’elles prétendent représenter ?

Publications récentes :
« La valeur du travail en internement administratif dans les Établissements pénitentiaires de Bellechasse », in Revue suisse d’histoire, Vol. 68/2, 2018, pp. 329-351.
« ‘’Former de bonnes et utiles domestiques’’ : les enjeux du placement des filles dans l’asile genevois de la Pommière autour de 1900 », Annuaire de la Société Suisse d’Histoire économique et sociale, Vol. 32, 2017, pp. 83-98.
Avec Stéphanie Ginalski et Sonja Matter, « Suisse et philanthropie : réforme, vulnérabilité sociale et pouvoir (1850-1930) », Itinera supplément de la Revue Suisse d’Histoire, n° 44, 2017, pp. 21-33.
Avec Stéphanie Ginalski, « Les réseaux de la réforme sociale à Genève autour de 1900 », Histoire & Mesure, Vol. XXXI, n°1, pp. 85-122.
Avec Thomas David et Felix Bühlmann, « Geneva’s philanthropists around 1900. A field made of distinctive but interconnected social groups », in Continuity and Change, Vol. 31, Special Issue 01, May 2016, pp. 127-159.